La vie à la ferme

Pendant la trentaine d’années d’élevage, les soins aux animaux (dont le train deux fois par jour) et le cycle des tontes, accouplements et mises bas ont ponctué et rythmé la vie à la ferme.

Février

La première tonte a lieu vers la mi-février. Les éleveurs en profitent aussi pour vermifuger les chèvres et leur couper les onglons. Ces vermifuges et coupes d’onglons doivent être répétés tous les trois mois.

Mars-avril

Le temps des naissances. Une vraie fête ! Quelques heures à peine après leur venue au monde, les petits gambadent et dansent partout dans la chèvrerie. Quelques secondes après la mise bas, la maman lèche ses chevreaux pour les sécher et, à force de bêlements auxquels les nouveaux-nés répondent, établit avec eux un premier contact sonore qui sera la base de leurs liens affectifs.

La durée de gestation de la chèvre angora est d’environ cinq mois. Elle donne un ou deux petits, et plus rarement trois. Dans ce dernier cas, un des triplets est presque à tout coup un bébé-biberon qui finit par suivre les éleveurs (devenus papa et maman) partout comme un petit chien.

Après la fonte des neiges vient le temps de vider la grange de la litière accumulée au sol pendant tout l’hiver.

Mai-juin

Dès que la terre est asséchée et que l’herbe est assez haute, les chèvres vont aux champs. Les petits, toujours nourris à la mamelle, suivent les mères. Le troupeau est divisé en plusieurs groupes en fonction du sexe et de l’âge. On pratique la rotation des pâturages.



Juillet

Coupe des onglons. Vermifuges. Nettoyage des parties de toison souillées par l’urine (jambes arrière des femelles et ventre des boucs). Attention particulière portées aux bêtes présentées aux concours.

Août

Mi-août, c’est au Québec le concours entre les plus belles chèvres angoras de la province. Les sujets sont jugés à la fois sur la qualité de leur toison et sur l’excellence de leur conformation. Le juge, lui-même éleveur chevronné, vient très souvent du Texas. Plusieurs animaux du Grand Flodden ont été déclarés grands champions et la chèvrerie a remporté, au fil des années, de nombreux prix, non seulement à l’ExpoCité de Québec, mais aussi à la Royale de Toronto et dans quelques expositions agricoles régionales (Saint-Hyacinthe, Drummondville, Richmond, etc.)

Fin août

Début, pour les femelles, du temps des chaleurs. Elles se laissent approcher par le bouc (lui-même en chaleur presque toute l’année). Les femelles auront leurs chaleurs tous les vingt et un jours (pendant environ deux jours) jusqu’à la fin janvier. Les petits mâles sont séparés des mères et des autres femelles.



Septembre-octobre

Fin septembre, les chèvres sont tondues pour la deuxième fois. Elles seront mises au bouc dans les jours qui suivent la tonte.

Après chaque tonte commence le fastidieux travail de préparation des toisons en vue de leur envoi aux filatures. Il faut classifier le mohair, éliminer des toisons les doubles coupes, les mèches souillées et le maximum de débris végétaux.

En septembre ou octobre, il faut une nouvelle fois vider la grange de la litière accumulée au sol pendant la belle saison.

Novembre-décembre

Aux premières neiges, les chèvres réintègrent les bâtiments pour l’hiver. Mi-décembre, les boucs reproducteurs sont séparés des femelles.